Vous avez décidé de vous lancer à la recherche d’un emploi au Canada ? C’est une excellente idée qui séduit chaque année de très nombreux français. Mais si c’est un pays attractif, la concurrence rude peut compliquer l’accès à un poste. Pour vous lancer sur le marché canadien en toute sérénité, découvrez les grandes différences entre un CV français et un CV canadien, ainsi que les informations que vous devez y intégrer pour vous démarquer.

Les principales différences entre un CV canadien et un CV français ?

Préparer son départ

Pour que l’arrivée au Canada se fasse dans les meilleures conditions possibles, il peut être intéressant de suivre les conseils suivants :

  • S’informer sur le Canada et le Québec : se renseigner sur le fonctionnement et le climat du pays, sur les coutumes et traditions des canadiens, leurs valeurs, etc.
  • S’informer sur le marché de l’emploi : faire des recherches au sujet de l’offre d’emploi au Canada, sur le secteur d’activité ciblé, les réglementations, etc.
  • Améliorer son anglais : pour augmenter ses chances de trouver du travail, maîtriser l’anglais peut être un véritable atout dans un pays qui a deux langues officielles (français et anglais).

CV français VS CV canadien

Le CV canadien a de nombreuses similitudes avec le CV français. Néanmoins, on retrouve tout de même quelques différences. Pour transformer son CV français en un CV canadien idéal, il faut respecter quelques règles :

  • La longueur : le CV canadien tient généralement sur 2 pages.
  • L’en-tête : sur le CV canadien, le titre fait partie de l’en-tête et se place juste sous le nom du candidat. Aussi, la photo optionnelle en France n’est pas non plus nécessaire au Canada, sauf si elle est demandée (métiers de la restauration ou de relation client).
  • Les recommandations : elles n’apparaissent pas sur un CV français, mais au Canada, il est très fréquent de demander les recommandations des employeurs précédents.

Que contient un CV canadien ?

Les informations personnelles

Au Canada, les informations personnelles sont qualifiées de discriminatoires. Cela signifie que l’âge, la date de naissance, le sexe, la situation maritale ou encore la religion ne trouvent pas leur place sur le CV. Le candidat doit s’en tenir au minimum en indiquant ses informations de contact.

L'objectif

Comme pour un CV français, l’objectif du CV canadien est de décrocher un entretien d’embauche qui pourrait aboutir à un emploi.

L'expérience professionnelle

Au Canada , l’expérience professionnelle est plus importante que les études. Cette rubrique sera donc plus détaillée et apparaît avant les formations et diplômes. Pour chaque expérience, l’ordre à suivre est le suivant : intitulé du poste, nom et localisation de l’entreprise, date de début et de fin de contrat, ainsi que missions principales (4 à 6).

Le nombre de pages et le format

Le CV canadien est long : qu’il soit rédigé en anglais ou en français, il peut faire de 1 à 3 pages. Un candidat débutant ou tout juste diplômé devra opter pour un CV de 2 pages et le CV de 3 pages sera plutôt réservé aux expérimentés.

En ce qui concerne le format, la police doit être lisible, les 2 ou 3 pages doivent être au format US (et non A4) et les différentes rubriques doivent être clairement séparées par les titres.

Les formations et les équivalences

Si les recruteurs canadiens accordent moins d’importance à cette rubrique, elle doit tout de même être parfaitement rédigée. Il faudra donc lister ses diplômes avec les équivalences canadienne ou québécoise entre parenthèses, les dates, les éventuelles spécialités et le nom et le lieu des établissements.

Les compétences

C’est une des rubriques principales du CV canadien. Elle peut être placée en haut pour attirer l’œil du recruteur. Pour sélectionner les plus pertinentes il faut repérer les principales compétences recherchées par l’entreprise, lister les siennes et en choisir 4 à 6 puis les développer en les appuyant avec des chiffres.

Les références

C’est une rubrique qui n’est pas très répandue en France, mais les recruteurs canadiens ont l’habitude de vérifier l’exactitude des informations auprès des anciens employeurs. Leurs noms et leurs coordonnés devront apparaître dans cette section.

Les compétences linguistiques

Dans un pays qui a deux langues officielles comme le Canada, cette rubrique a une grande importance. Chaque langue qui apparaît sur le CV doit être accompagnée du niveau de maîtrise. À savoir que le test d’anglais le plus reconnu au Canada est le IELTS.

Exemple type de CV pour le Canada

Nom et prénom du candidat
Titre
Numéro de téléphone
Adresse électronique
Adresse postale

Phrase d’accroche ou petite présentation « À propos de moi »

Compétences
(Liste de 4 à 6 bien rédigées et appuyées par des chiffres)

Expérience professionnelle
Poste tenu
Nom et lieu de l’entreprise
Date de début et de fin
Liste des principales tâches et missions

Formation
Date de début et de fin
Intitulé et spécialisation (équivalence canadienne ou québécoise)
Établissement et lieu

Compétences linguistiques

Références

Les questions les plus fréquentes

Comment rédiger un CV pour le Canada ?

Si le CV canadien a de nombreuses similitudes avec le français, il doit en revanche être plus long (de 1 à 3 pages selon l’expérience), les compétences et expériences professionnelles sont plus rédigées, les formations et diplômes sont succinctes et il doit contenir une rubrique « Référence ».

Comment écrire une CV pour un travail ?

Les règles de rédaction d’un CV sont propres à chaque pays. Pour la France, par exemple, il doit tenir sur une seule page à fond blanc, la police utilisée doit être lisible et classique et il ne doit surtout pas contenir de fautes d’orthographe.

Comment rédiger un CV pour la première fois ?

Avant de se lancer dans la rédaction de son premier CV, il est important de rédiger un brouillon, de déterminer l’ordre des rubriques et de bien penser à sa phrase d’accroche et ses mots-clés.