Le rêve américain et la vie à New York vous fascinent ? Vous souhaitez vous expatrier outre-Atlantique pour poursuivre vos études ou relever un nouveau défi professionnel ? Vous devrez alors savoir comment préparer correctement un dossier de candidature selon les critères américains. Dans cet article, nous vous donnons quelques pistes pour préparer votre CV, car si dans les lignes générales, le « CV américain » est semblable au français, il existe néanmoins quelques différences, que nous vous proposons de découvrir.

Les principales différences entre un CV américain et un CV français

Préparer votre départ

Pour bien préparer votre départ, informez-vous auprès de l'ambassade américaine au sujet des documents nécessaires pour pouvoir entrer sur le territoire américain comme immigrant. De plus, traduisez tous les documents susceptibles d’intéresser les recruteurs, votre CV notamment. Et évidemment, peaufinez votre anglais. Si possible, passez le « TOEFL », un test d’anglais reconnu mondialement et qui attestera de votre aisance en langue anglaise.

Adapter votre CV

D’une façon générale, les Américains sont pragmatiques. Ainsi, un recruteur qui analyse un CV veut aller droit au but : connaître votre parcours scolaire, votre profil professionnel et détecter rapidement vos principales compétences. Non seulement le superflu est complètement rédhibitoire, mais toutes les données complémentaires n’ont pas d’importance pour lui. Par contre, il aime les chiffres, qui sont pour lui des données en rapport avec le succès professionnel.

Que contient un CV américain ?

La plupart des rubriques d’un CV américain sont identiques à celles du CV que nous envoyons habituellement à nos recruteurs français, mais il existe également quelques particularités. Voyons à présent plus en détail les spécificités de chacune de ces rubriques.

Les informations personnelles

Comme nous l’avons évoqué plus haut, la règle de base est « less is more ». Pour cela, dans la rubrique des informations personnelles, le strict minimum est recommandé : l’indication du nom, d’une adresse et d’un numéro de téléphone sont suffisants. Exit donc la mention de la nationalité, la date de naissance ou encore l’état civil. Quant à la photographie, on l’oublie également. Aux États-Unis, les lois sont intransigeantes en matière de discrimination et le concept des opportunités égales est défendu par la plupart des employeurs américains.

L'objectif

Il s’agit de résumer en un court paragraphe de 4 à 5 lignes, les grandes étapes de son parcours professionnel, les fonctions assumées, les principales compétences et le poste visé et d’indiquer comment votre intégration peut contribuer positivement à la croissance de l’entreprise.

L'expérience professionnelle

Cette rubrique méritera toute l’attention du recruteur, alors soyez exhaustifs et concis. Listez vos expériences professionnelles dans l’ordre antichronologique, c’est-à-dire en les datant de la plus récente à la plus ancienne. Vous devrez indiquer le nom des entreprises pour lesquelles vous avez travaillé, le secteur d’activité respectif et les principales fonctions que vous avez assumées.

Exhibez fièrement vos résultats, mais soyez objectif en indiquant des données chiffrées. Mentionnez, par exemple, le chiffre d’affaires des multinationales pour lesquelles vous avez travaillé ou encore les budgets des missions dont vous avez intégré l’équipe. Ceci séduira certainement le recruteur, qui s’apercevra que vous avez l’habitude des grandes organisations et des postes à responsabilité.

Les formations et les équivalences

Pour les Américains, la rubrique des formations n’est pas un critère de sélection aussi important que celui de l’expérience professionnelle et un recruteur n’est que rarement impressionné par un cursus académique. Ne vous attardez donc pas sur des détails sans intérêt. Listez les principaux diplômes en prenant soin d'apporter des précisions si nécessaire pour faciliter les équivalences, sans oublier d’indiquer le nom et la localisation de l’établissement d’enseignement.

Les compétences

La rubrique des compétences est également très appréciée des recruteurs, car elle peut notamment révéler :

  • L’aisance du candidat avec les logiciels comme Excel ou les réseaux sociaux.
  • L'habitude du travail en équipe.
  • La maitrise de langues étrangères.

Rédigez donc cette partie avec soin, en ciblant bien les compétences qui pourront davantage séduire le recruteur en fonction du poste offert.

Le nombre de pages et le format

Une page est la taille idéale d’un CV américain. Choisissez le format portrait et n’oubliez pas de laisser des marges au cas où le recruteur devrait faire des photocopies du document. En effet, le format des feuilles américaines est légèrement plus court que le nôtre.

Attention à la traduction automatique

Même si vous possédez un bon niveau d’anglais, certains termes techniques ayant attrait à des fonctions professionnelles ou à des désignations de diplômes peuvent être difficile à traduire. De nos jours, les traducteurs automatiques disponibles en ligne sont des outils très puissants et assez fiables, mais encore peu adaptés au langage technique, commercial ou à la traduction de sigles. La traduction automatique doit donc être envisagée comme un auxiliaire, qui devra être systématiquement vérifié et complété par des recherches. En cas de doute, le mieux sera de demander conseil à un traducteur professionnel.

Modèles et exemples de CV pour les États-Unis

Rédiger un CV américain n’est pas plus compliqué que de rédiger un CV français, mais si vous avez des difficultés, n’hésitez pas à rechercher des modèles de CV gratuits sur Google. Tapez, par exemple, sur votre moteur de recherche : « rédiger CV américain » ou « postuler poste États-Unis ».

Les questions les plus fréquentes

Existe-t-il des différences entre un CV pour les USA, le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande ?

Oui. Le point commun est évidemment la langue, mais s’agissant de cultures différentes, attention à adapter certaines expressions, d’employer le vocabulaire spécifique et les désignations propres à chacun de ces pays. Pour les USA, vous devrez employer l’anglais américain et non l’anglais britannique.

Quelles informations donner dans la rubrique « community envolvement » ?

Malgré leur goût des chiffres, les Américains n’en sont pas moins sensibles aux causes sociales, ce qu’ils dénomment de « community envolvement ». Identifiez les compétences qui démontrent vos valeurs humaines et vos préoccupations sociales. Ainsi, si vous êtes investi dans des activités sociales ou si vous êtes volontaire dans une association locale qui défend les plus démunis, c’est l’occasion d’en faire mention sur votre CV.