La rédaction d’un CV professionnel relève pour de nombreux candidats d’un véritable parcours du combattant. En effet, pour se démarquer des autres personnes, il est nécessaire de créer un CV beau, attractif, simple, efficace, concis, etc. Aujourd’hui, nous avons souhaité simplifier cette tâche en vous proposant quelques conseils auxquels tout le monde ne pense pas pour bien rédiger un CV.

Comment rédiger un CV professionnel ?

La préparation du CV pro

Par opposition aux CV pour les jobs d’étudiant (animateur, caissier, dog Sitter, etc.), le CV « pro » demande une réflexion plus importante et exige une maitrise des principaux codes utilisés par les chargés de recrutement ou les responsables des ressources humaines. C’est pourquoi avant de démarrer la rédaction de votre CV, nous vous conseillons de lire les sections suivantes.

Quel format est le plus approprié ?

La rédaction d’un CV pro implique l’utilisation d’un ordinateur et cela pour deux raisons. D’une part, cela permet au recruteur de connaitre les compétences en informatique du candidat, celles-ci étant de plus en plus prises en compte, et ce, peu importe le corps de métier. D’autre part, la majorité des candidatures se font en ligne, que ce soit en envoyant directement un mail ou en remplissant des formulaires.

Pour rédiger un CV pro, les personnes ont deux choix principaux. En premier lieu, utiliser un logiciel de traitement de texte comme Word, Google Documents ou Open Office. En second lieu, pour les personnes qui disposent de compétences informatiques avancées, il n’y a rien de mieux qu’utiliser des outils professionnels de graphistes comme InDesign ou Canva. Contrairement aux précédentes, ces dernières options permettent de créer des CV originaux et donnent plus de place à l’imagination des candidats.

Dans les deux cas, n’oubliez pas un détail important : envoyez toujours votre CV et même la lettre de motivation au format PDF ou docx. Il s’agit des formats les plus utilisés par les services de recrutement.

Que regardent les recruteurs en premier sur un CV professionnel ?

Selon une étude récente, les recruteurs passent moins de 40 secondes pour lire intégralement un CV. Puis, ils disposent de moins d’une minute pour décider si le candidat sera retenu et convoqué pour un entretien. Selon cette même étude, les chargés de recrutement passent presque la moitié de leur temps sur les expériences du candidat (46 %), plus d’un quart sur les compétences (26 %) et sur le cursus scolaire (18 %) et enfin 10 % sur les autres informations, photo d’identité, loisirs, savoir-être, titre, etc.

Exemple d’un CV professionnel

Après la théorie, voici un cas concret sur les choses à faire et à ne pas faire lorsqu’on souhaite faire un CV pro vendeur.

Que dois-je mettre dans un CV professionnel vendeur/vendeuse ?

Même s’il n’existe aucune norme sur la rédaction du CV, les recruteurs s’attendent à retrouver certaines rubriques. De nombreux recruteurs préconisent de rédiger un CV d’une seule page, voire deux maximum. C’est pourquoi il faut choisir avec parcimonie les renseignements suivants : les informations personnelles, l’expérience professionnelle, le cursus scolaire, les softs skills, etc.

Profil et données personnelles

Tout d’abord, vous devez mentionner sur votre CV vos coordonnées personnelles afin que le recruteur puisse vous joindre. Il faut donc inscrire au minimum le nom, le prénom, une adresse postale, un téléphone portable et une adresse mail. Nous soulignons un détail important : un CV pro doit contenir un mail « pro ». Oubliez donc :

  • Les adresses mail que vous partagez avec votre conjoint ou votre famille.
  • Les adresses mail qui contiennent un surnom, un diminutif ou le pseudo utilisé dans un jeu vidéo.
  • Les adresses avec un fournisseur internet qui n’existe plus comme club-internet, alice, neuf.fr, etc.

Nous conseillons de privilégier un mail comprenant votre nom et prénom, séparés d’un point ou d’un tiret et avec un fournisseur commun comme Hotmail ou Gmail.

L’expérience professionnelle

La seconde rubrique attendue par les recruteurs est celle dans laquelle le candidat présente son expérience professionnelle telle qu’elle soit : stage, jobs d’été, emploi saisonnier, emploi classique, etc. Pour un CV vendeur, n’hésitez pas à mettre en valeur toutes les expériences où vous avez été en contact directe avec la clientèle. Pour mettre en valeur les expériences, il faut indiquer :

  • Leur durée
  • L’intitulé du poste
  • Les tâches effectuées, précisez notamment le chiffre d’affaires que vous générez, le nombre de clients dont vous avez la charge par exemple.
  • Le nom de l’entreprise et la ville.

Les formations et les études suivies

L’autre partie importante aux yeux des recruteurs est sans aucun doute la partie qui porte sur le cursus académique. Dans cette rubrique, il est possible d’indiquer les diplômes, les certificats ou certifications, les formations, etc. En fonction du profil, il n’y a pas besoin d’indiquer tous les diplômes, il faut se contenter de ceux ayant une relation directe avec le poste visé. Tout comme pour les expériences, il faut mentionner :

  • L’intitulé précis du diplôme, éventuellement la mention ou le score (pour le TOIEC).
  • L’établissement (Université, Ecole de Commerce, Grande Ecole) ou l’organisme certificateur (AFPA, AFTRAL par exemple) et la ville.
  • L’année d’obtention.

Les compétences acquises

Pour contrebalancer un manque d’expérience ou l’absence d’un diplôme spécifique dans la branche de la vente, il est possible de développer les « soft skills » ou compétences douces. Selon une étude récente effectuée pour le compte de Cadre emploi/Michael Page, près de 6 dirigeants sur 10 ayant des fonctions managériales sont prêts à recruter un candidat principalement sur les softs skill. Parmi les plus recherchés par les entreprises, nous pouvons citer : « la résolution de problème complexe », « l’intelligence émotionnelle », « le sens du service » ou encore « la créativité ».

Mon niveau de langue

Dans certaines situations, il peut être très intéressant pour le recruteur de connaitre le niveau de langue du candidat. En effet, le niveau de langue peut être un critère déterminant pour un vendeur ou une vendeuse lorsque l’enseigne se trouve dans une zone touristique ou frontalière et accueille régulièrement des étrangers.

Ne surestimez pas vos compétences en langue, car au cours de l’entretien d’embauche, le recruteur pourra évaluer votre niveau. La meilleure chose à faire est d’obtenir des certifications en langue comme le TOIEC pour l’anglais ou le DELE pour l’espagnol. L’autre option consiste également à utiliser le Cadre européen commun de Référence pour les Langues pour indiquer son niveau en toute objectivité (A2 débutant, B2 courant, C2 bilingue, etc.).

Mes centres d’intérêt et mes loisirs

La partie sur les centres d’intérêts et hobbies est présente sur de nombreux CV, mais malheureusement souvent à tort. Comme nous l’avons dit, les recruteurs accordent moins d’une minute pour chaque CV, les informations présentent y compris pour les loisirs doivent apporter une plus-value et un certain intérêt au lecteur.

Pour bien exploiter cette partie, le candidat a donc tout intérêt à réfléchir pour que les loisirs aient un intérêt d’une façon ou d’une autre avec le poste visé. Pour un poste de vente, les loisirs qui peuvent susciter un intérêt sont, par exemple, la pratique du théâtre, une passion en relation avec le produit ou le service vendu ou la pratique d’un sport collectif pour un poste de management.

Mes références

Indiquer des références sur son CV est une pratique très développée dans les pays anglo-saxons. Cette pratique consiste à donner les coordonnées de l’ancien employeur, du tuteur, d’un professeur, d’un collègue ou même d’un ancien client pour que les recruteurs puissent les contacter afin de vérifier le CV du candidat et surtout pour connaitre les savoir-être et la personnalité.

En France, cette rubrique est marginale, notamment parce que les recruteurs doivent obtenir un accord du candidat pour contacter son ou ses anciens employeurs. Néanmoins, en incluant cette rubrique dans le CV, le candidat peut sortir du lot, car c’est à la fois une preuve d’originalité, de confiance et de transparence. Pour que cette rubrique ne se retourne pas contre le candidat, il faut respecter trois règles :

  • Demander l’autorisation avant d’inscrire les personnes de références sur un CV.
  • Choisir des personnes avec lesquelles il y a eu une bonne entente à la fois sur le plan professionnel et personnel.
  • Choisir des références ayant une relation avec le poste visé. Un ancien tuteur dans un poste de manutention aura peu d’intérêt si le poste concerne la vente dans une boutique de téléphonie.

Les questions les plus fréquentes

Faut-il mettre une photo sur son CV ?

Il n’existe aucune loi prévoyant l’obligation d’ajouter une photo sur un CV. Cela permet notamment d’éviter les discriminations des candidats. Toutefois, pour les postes où l’image est très importante comme dans la vente, mettre une photo peut apporter un plus et faire sortir du lot le candidat à condition de bien choisir la photo.

Peut-on indiquer ses réseaux sociaux ?

Aujourd’hui, de plus en plus de personnes sont inscrites sur LinkedIn, Facebook, Instagram, Pinterest, etc. Tout comme pour les hobbies, il est possible d’ajouter ses réseaux sociaux à condition de proposer un contenu pro et de qualité.