Aujourd’hui, de plus en plus de candidats ont pour habitude de se poser une question au moment de la rédaction de leur CV : doivent-ils mettre ou non une photo ? Sachez qu’il n’existe aucune obligation à ce sujet. D’ailleurs selon les recruteurs, le CV anonyme est encore celui qui est utilisé en très grande majorité. Si vous avez opté pour un CV sans photo, la suite devrait vous intéresser. En effet, nous présentons quelques conseils précieux pour bien rédiger son CV.

Comment rédiger un CV sans photo ?

Que ce soit pour un stage, un job d’été ou un emploi classique, le CV sans photo répond aux mêmes exigences que n’importe quel CV.

Le format

En premier lieu, le CV sans photo ne doit pas être manuscrit. Il est donc essentiel de passer par un ordinateur. Pour cela, deux options s’offrent à vous. Vous pouvez utiliser un logiciel de traitement de texte payant comme Word ou gratuit comme Open Office ou Google Docs.

L’autre solution consiste à se tourner vers des logiciels de publication assistée par ordinateur (PAO). Ces derniers permettent notamment de créer des CV originaux à partir de templates comme un CV sous forme de journal ou d’affiche publicitaire. Les deux outils de référence en la matière sont InDesign et Canvas.

Dans les deux cas, il est essentiel de respecter une seule règle : il faut envoyer le CV au format PDF ou éventuellement docx.

Que mettre dans son CV ?

Même si le CV existe depuis 1482, il n’y a pas encore eu une convention ou des règles définies sur ce que doit ou non contenir un CV. Toutefois, la majorité des recruteurs s’accordent sur un point, il est primordial d’indiquer trois types d’informations.

Tout d’abord, il faut écrire ses informations personnelles à savoir le nom, le prénom, une adresse postale, une adresse mail, un téléphone portable et éventuellement sa date de naissance. Concernant l’adresse mail, il faut proscrire des mails non professionnels :

  • L’adresse mail partagée avec son conjoint ou sa famille
  • L’adresse mail comprenant un surnom, un diminutif ou pseudo

Ensuite, il faut présenter ses expériences professionnelles, sa formation académique, ses savoir-faire et ses savoir-être.

La mise en page

Parce que la forme est aussi voire plus importante que le fond, la rédaction d’un CV implique de connaitre certaines règles concernant la mise en page. En principe, la majorité des recruteurs préconisent de rédiger un CV qui tient sur une page, voire 2 maximum pour les candidats en fin de carrière.

Cela s’explique par une raison simple : les responsables des ressources humaines disposent de moins d’une minute pour se faire un avis sur un CV. Pour se démarquer, les candidats doivent proposer un contenu clair, précis et efficace.

De plus, il est conseillé d’utiliser une police sobre. Exit la police Algerian ou Comic Sans MS, privilégiez les polices classiques comme Arial, Times ou éventuellement Calibri. La taille des caractères est également importante, en principe 11 ou 12 conviennent très bien.

Enfin, pour un CV classique, il est primordial d’utiliser un fond blanc, la sobriété avant tout, l’économie d’encre ensuite.

Pourquoi faire un CV sans photo ?

Il existe plusieurs raisons qui peuvent pousser une personne à faire un CV sans photo. La première d’entre elles est l’anonymat. Le recruteur sélectionnera ainsi la bonne personne à partir des compétences techniques et des diplômes présents sur le CV et fera abstraction du physique du candidat.

Le second avantage du CV sans photo et qu’il permet d’éviter tout risque de discrimination à l’embauche et notamment celui lié au sexe, à l’âge ou une appartenance vraie ou supposée à une ethnie du candidat.

Enfin, mettre une photo sur un CV requiert une certaine compétence notamment pour bien choisir la pose, les habits, l’arrière-plan, etc. Si le candidat ne maitrise pas ses codes, la photo pourra jouer en sa défaveur.

Exemple d’un CV sans photo

Après ce petit cours théorique sur un CV sans photo, place maintenant à un cas pratique : la rédaction d’un CV cuisinier.

CV cuisinier

Le titre

Pratique encore peu répandue, mettre un titre sur un CV constitue selon plusieurs recruteurs une astuce pour se faire remarquer et sortir du lot. Pour cela, rien de bien compliqué, il suffit d’ajouter sur le CV un écart sur l’intitulé du poste visé « commis de cuisine », « chef de partie », « second de cuisine », etc.

Il est également possible d’indiquer les motivations du candidat, ses atouts principaux pour le poste sur lequel il candidate ou encore ses perspectives d’évolution : « jeune apprenti souhaitant devenir chef de cuisine ».

L’expérience professionnelle

Aucune surprise dans cette rubrique, pour un poste de cuisinier, il est essentiel de parler de ses expériences professionnelles qu’elles aient ou non un rapport direct avec le monde de la cuisine. Sur le CV, pour chaque expérience (bénévolat, emploi, stage, etc.) il faut préciser :

  • La durée
  • Le nom de l’employeur et la ville
  • La fonction occupée et les principales tâches.

Les expériences doivent apparaitre par ordre chronologique, les plus récentes en premier.

Les formations et les études suivies

L’autre rubrique importante du CV est celle qui concerne les formations et les études réalisées. Si vous avez peu d’expérience, il est préférable de mettre ces informations en premier pour mettre en avant votre parcours académique. Cela concerne aussi bien des diplômes comme le CAP cuisine, des certifications comme chocolatier-confiseur (BTM), des attestations comme le PSC1 ou le SST (Sauveteur secouriste du travail), ou même les permis de conduire.

Tout comme pour les expériences professionnelles, il faut préciser :

  • L’intitulé
  • L’année d’obtention ou une mention (en cours)
  • Le nom de de l’école ou de l’organisme de formation
  • La ville

Les compétences acquises

Enfin, en complément des formations, il est possible de mentionner les savoir-faire et les savoir-être acquis lors de différentes expériences, qu’elles soient ou non issues du monde professionnel.