Le Curriculum Vitae est un document incontournable que vous devrez joindre lors de toute candidature à une bourse d’études ou offre d’emploi. Mais loin d’être un document immuable, le CV doit être régulièrement actualisé et revu, non seulement pour relater fidèlement votre évolution professionnelle et personnelle, mais également pour mieux cibler l’emploi ou l’entreprise que vous visez. Grâce à cet article, actualisez vos connaissances sur le CV et découvrez les meilleurs conseils pour bien le rédiger et ainsi présenter une candidature efficace.

Qu’est-ce qu’un curriculum vitæ ?

Le CV est un document écrit, qui a pour but de décrire l'évolution de la carrière d’un candidat. Il se compose généralement de plusieurs rubriques, afin de détailler les expériences professionnelles, le parcours académique, les connaissances techniques et aptitudes personnelles que le candidat celui-ci possède à une date donnée.

Le CV peut donc être comparé à un carton de visite, voire un document d’autopromotion, car le but de ce document est de convaincre le recruteur qui le reçoit que le candidat possède toutes les compétences nécessaires pour assumer les fonctions du poste en jeu.

Le CV n’est pas un document anarchique et il convient de respecter certaines règles dans l'organisation des différentes rubriques et leur rédaction. Le CV doit être un document pertinent et agréable à lire, pour servir de tremplin. Avec un CV en béton, vous pourrez obtenir un premier entretien d’embauche qui, peut-être, vous ouvrira les portes de l’emploi de vos rêves.

La différence entre un CV et un curriculum vitæ

Tout d’abord, il est important de savoir que CV et Curriculum Vitae sont deux désignations synonymes, qui se rapportent au même document. En effet, CV est l’abréviation de l’expression « Curriculum Vitae », d’étymologie latine, qui signifie « déroulement de vie ». Vous pouvez donc utiliser ces deux expressions de façon interchangeable.

Comment faire la rédaction d'un curriculum vitæ ?

Avec la publication d’une annonce d’offre d’emploi, le recruteur du département des ressources humaines se prépare à recevoir des dizaines de candidatures et doit sélectionner consciemment et efficacement les candidats qui seront appelés pour un entretien. Il doit donc effectuer un premier triage rapide, en se basant sur les informations relatées dans le CV et, éventuellement, la lettre de motivation associée. En général, le recruteur ne passera pas plus d’une minute à lire une candidature. Autant dire qu’il vaut la peine d’investir du temps dans la rédaction de votre CV. Pour cela, il est fondamental de prendre en considération les éléments suivants :

  • La structure du document.
  • La mise en page.
  • Le format.
  • Le respect des règles de rédaction, orthographe et formules de politesse incluses.

La structure d'un curriculum vitae

Le CV doit être un document agréable à lire et à la fois concis, mais exhaustif. Le défi est donc de réussir à résumer les aspects principaux d’une carrière professionnelle. Voici les informations qui ne peuvent en aucun cas manquer sur un bon CV :

  • Les données personnelles.
  • Les études et formations.
  • L'expérience professionnelle.
  • Les qualités et les compétences acquises.
  • Vos niveaux de langue.
  • Vos centres d'intérêt et autres hobbies.

Voyons ci-dessous, plus en détail, les informations que chacune de ces rubriques doit contenir.

Les données personnelles

En première partie du CV, commencez par vous présenter en indiquant vos principales informations personnelles, comme suit :

  • Nom complet.
  • Ville de résidence.
  • Numéro de téléphone.
  • Adresse email.

Nombreux sont les candidats qui indiquent également leur adresse complète, âge, situation maritale, nombre d’enfants à charge et qui joignent une photographie. Mais mettez-vous à la place du recruteur : ces informations sont-elles essentielles ? Font-elles que vous soyez un meilleur candidat pour le poste à pourvoir ? Non. En outre, elles peuvent même vous porter préjudice, car le recruteur peut avec ce type d'informations discriminer involontairement ou pas, les candidats sur des caractéristiques personnelles et des critères physiques. Limitez-vous donc aux informations strictement nécessaires.

Les études et formations

Si vous êtes un jeune diplômé avec peu ou pas d’expérience professionnelle à votre actif, le point suivant de votre CV devra être la rubrique liée aux études et formations. Ici, vous devrez lister :

  • L’intitulé du diplôme.
  • L’année et l’établissement de son obtention.
  • Les moyennes finales et mentions reçues.

Attention, pensez à faciliter la tâche du recruteur en développant les sigles et les abréviations, car parmi les milliers d’intitulés et d’établissements existants, il n’est pas toujours évident de savoir de quoi il s’agit. Apportez les détails qui pourront intéresser le RH, notamment les spécialités ou options choisies en fin de cursus.

L'expérience professionnelle

Si vous possédez plus de deux années d’expérience professionnelle, c’est plutôt cette rubrique qui devra être placée suite aux informations personnelles. Pour faciliter la lecture de cette partie, organisez l’information selon un ordre antichronologique et mentionnez :

  • Les dates de l’activité.
  • Le nom et la taille de l’entreprise.
  • La désignation de votre fonction au sein de l’entreprise.
  • Une brève description des principales tâches et responsabilités à votre charge.
  • S’ils existent, les principaux chiffres ou résultats atteints.

Gardez à l’esprit que cette rubrique est l’une des plus influentes et délicates du CV, il faut donc qu’elle soit complète sans être chargée d’informations superflues. Si votre CV est bien étoffé, inutile de le surcharger avec des expériences de courte durée comme les stages ou les travaux d’été. Privilégiez les expériences qui donnent de la crédibilité à votre candidature et montrent que votre parcours est cohérent et bien cimenté. L’objectif est de démontrer que votre expérience antérieure vous rend légitime pour le poste en question. Focalisez-vous sur les résultats, utilisez des verbes d’action, des mots-clés en rapport avec le poste. Évitez la prose ainsi que les mots de remplissage et si possible, optez pour les listes à puces pour clarifier l’information.

Les qualités et les compétences acquises.

Contrairement aux deux rubriques précédentes, les qualités et compétences ne sont pas organisées par ordre chronologique. Une compétence est un savoir-être ou un savoir-faire qui vous enrichit, comme personne et comme professionnel.

Voici quelques exemples de compétences clés qu’il conviendra de mentionner dans votre CV, en fonction du poste auquel vous postulez :

  • Techniques. Ces compétences sont facilement identifiables, car elles sont en rapport avec vos postes antérieurs et font même partie de leur définition. Par exemple, un chauffeur de transports en public saura lire et interpréter une feuille de service, connaitra toute la législation en rapport avec son activité et aura toutes les formations professionnelles obligatoires à jour.
  • Relationnelles. Il s’agit de qualités qui démontrent une aisance dans les relations avec les autres : facilité à travailler en équipe, expérience en gestion de personnel, habileté à développer des contacts professionnels.
  • Communication. Quel que soit le domaine d’activité, cette qualité est de plus en plus mise en valeur par les recruteurs. La communication est une des clés de la réussite d'une organisation, qu’elle soit verbale ou écrite.
  • Comportementales. Les recruteurs recherchent des personnes équilibrées, qui démontrent posséder des valeurs solides et humaines. L’empathie, la capacité d’écoute, le savoir-vivre et l’intelligence émotionnelle sont des exemples de qualités à indiquer.
  • Organisationnelles. Le temps et l’argent sont deux contraintes qu’une entreprise doit savoir optimiser au quotidien. Ainsi, les recruteurs valoriseront des collaborateurs productifs, qui démontrent des compétences organisationnelles.
  • Commerciales. Savoir prospecter un marché, identifier de potentiels partenaires, savoir faire une offre commerciale, la négocier et la mener à terme sont des compétences essentielles à toute personne qui souhaite un poste dans le domaine technico-commercial ou des ventes.
  • Linguistiques. De nos jours, pratiquement dans tous les domaines d’activité, savoir parler plusieurs langues est un atout non négligeable. Identifiez les langues et votre niveau. Reportez-vous au point suivant pour obtenir plus de détails sur l’organisation de cette sous-partie.
  • Informatiques. Un candidat à l’aise avec les outils informatiques doit en faire mention sur son CV. Certaines entreprises valorisent même les personnes qui dominent les réseaux sociaux, qui de nos jours sont un outil incontestable de la communication des entreprises.

Votre niveau de langue

Revenons plus en détail sur les compétences linguistiques. La maitrise de langues étrangères, notamment de l’anglais, est un prérequis pour de nombreuses professions, à l’heure où l’internationalisation est de mise dans plusieurs secteurs d’activité. Pour se démarquer, le candidat peut être tenté d’enjoliver cette rubrique, mais il est fondamental d’être bien conscient de son niveau pour ne pas être pris au dépourvu lors de l’entretien. Si votre niveau est très basique, oubliez : un recruteur n’est pas intéressé par un candidat qui sait dire une douzaine de mots en italien. Pour rendre votre niveau plus crédible, évitez les formules floues du type « lu et écrit ». Si vous possédez un diplôme attestant de vos capacités, mentionnez-le. Dans le cas contraire, reportez-vous au Cadre Européen de Référence des Langues (CECRL) et balisez objectivement vos niveaux.

Vos centres d'intérêt et autres hobbies

Bien que celle-ci soit une rubrique classique des CV, elle n’est pas obligatoire et est généralement reléguée en partie finale. Il appartient à chacun de compléter ou non cette partie et pour cela il est important que le candidat ait bien conscience de l’intérêt des informations qu’il va apposer et qu’il se mette à la place du recruteur en analysant la pertinence de ces informations.

De manière générale, la mention des passions et hobbies permet au recruteur de se faire une idée sur la personnalité du candidat, des compétences que celui-ci possède et qu’il pourra éventuellement extrapoler au domaine professionnel. Il convient donc de choisir minutieusement les hobbies, réels, qui pourront avoir un intérêt en fonction du poste visé, notamment :

  • Les activités de volontariat. Celles-ci démontrent des valeurs d’altruisme et de générosité, qui seront appréciables à une époque où toutes les entreprises se vantent de leur préoccupation sociale et environnementale.
  • La pratique régulière d’un sport. Le sport permet d’augmenter les capacités de concentration d’un individu, sa ténacité et son esprit de fair-play. S’il s’agit d’un sport collectif, le recruteur pourra déduire que vous savez fonctionner au sein d’une équipe.
  • Les activités artistiques, comme la musique, la photographie ou le théâtre. Ces occupations reflètent des atouts comme la créativité, la capacité de concentration et de rigueur.

Par contre, certaines activités peuvent être complètement rédhibitoires. Ne mentionnez pas votre attachement à un parti politique, vos activités au sein d’une communauté religieuse ou votre goût pour des jeux d’argent. Ce type d’activité ne fera que donner une mauvaise image de vous.

Quelques astuces supplémentaires pour la mise en page.

Si vous n'êtes pas à l'aise avec la mise en page, inspirez-vous des modèles disponibles gratuitement sur internet et adaptez-les à votre goût, sans trop de fantaisies. Une fois de plus, à moins que vous ne soyez dans le domaine créatif, la simplicité est de mise. Pour cela :

  • Misez sur des couleurs de fond claires, ainsi le contraste sera plus important avec le texte, ce qui en facilitera la lecture.
  • Séparez visuellement les différents paragraphes.
  • Utilisez le gras pour marquer les titres des rubriques.
  • Évitez de dépasser la taille d'une page A4, à moins que vous ne soyez un sénior avec une vaste expérience professionnelle pertinente pour le poste.

Quel format est le plus propice à intéresser les recruteurs ?

Il y a encore quelques années, l’envoi de candidatures par courrier était de mise. Avec l’évolution de l’ère digitale, ce n’est plus le cas aujourd’hui. De nos jours, toutes les candidatures se font par email. Mais entre le format Word, PDF, le mode paysage ou portrait, quel est le plus adapté ?

Pour rédiger un CV, vous aurez besoin d’un bon éditeur de texte, le plus usuel étant Word. Cet outil est très efficace, possède de nombreuses fonctionnalités d’édition et a même un correcteur d’orthographe intégré, extrêmement utile pour les plus distraits. Pour les personnes qui n’ont pas accès à ce logiciel payant, il existe des alternatives gratuites pratiquement aussi efficaces, notamment Open Office.

Cependant, lors de l’envoi, le format Word n’est pas le plus adapté pour plusieurs raisons :

  • Les fichiers créés sont volumineux et occupent plus de mémoire. Attention, car s’ils excèdent la capacité d’envoi de votre boîte email, ils pourront même ne jamais arriver à votre destinataire.
  • Ce format oblige à ce que le destinataire possède également ce logiciel payant pour pouvoir ouvrir le fichier.
  • Le document Word étant un fichier d’édition, il peut être modifiable par la personne qui le reçoit. En outre, en fonction de la version Word du destinataire, la mise en page peut apparaître différemment et certaines informations peuvent changer involontairement de position.

Pour éviter ces inconvénients, il est donc recommandé d’enregistrer au préalable le fichier Word sous une version PDF, qui a l’avantage de figer le document. Il existe de nombreux logiciels disponibles ligne qui font cette conversion gratuitement.

Enfin, comme conseils supplémentaires, veillez à privilégier le format lettre, de dimensions 21cm x 29,7cm, et le mode portrait.

Si vous postulez à un emploi dans le domaine de la création, vous pourrez alors démontrer plus d’originalité dans le choix du format. Dans le cas contraire, soyez plus conservateur à cet égard.

L'utilité de la lettre de motivation.

Souvent, les annonces d’offres d’emploi demandent que la candidature intègre, en plus du CV, une lettre de motivation. Pour les personnes qui se candidatent à une bourse d’études, cette demande est quasiment systématique et peut faire la différence entre le succès et l’échec de la candidature. Pour quelle raison la lettre de motivation est-elle si importante ? La réponse est simple : alors que le CV est un document plutôt strict et impersonnel, la lettre de motivation est un document plus personnalisé, qui donne l’opportunité au candidat de se présenter et d’introduire son parcours académique et professionnel, en mettant l’accent sur les accomplissements les plus marquants pour l’emploi visé. Enfin, et surtout, comme son nom l’indique, la lettre de motivation permet au candidat de prouver qu’il est la personne idéale pour assumer les fonctions envisagées et qu'il possède l’ambition et la motivation nécessaires pour ce nouveau défi professionnel.

Les questions les plus fréquentes

Quelles sont les qualités d’une lettre de motivation réussie ?

Une lettre de motivation réussie doit présenter trois qualités essentielles : concise, objective et convaincante. Inspirez-vous des structures des modèles disponibles sur internet, mais surtout ne copiez pas. Soyez authentique, racontez votre histoire et soyez sincères. Évoquez ce que vous pouvez apporter à l’entreprise et ce que vous espérez y construire pour votre carrière.

Comment analyser efficacement une annonce d’offre d’emploi ?

Pour rédiger un CV et une candidature efficace, la première étape est de bien analyser l’annonce. Commencez par faire des recherches sur l’entreprise qui propose l’offre d’emploi, pour comprendre sa culture, son domaine d’activité et son organigramme. Ces informations seront précieuses pour vous aider à découvrir les aspects de votre trajectoire qu’il faudra mettre en avant et pour démontrer que vous vous identifiez avec les valeurs défendues par l'entreprise.

Dans quelles rubriques devront figurer les stages ?

Si vous hésitez entre placer cette information dans la rubrique formations ou expériences professionnelles, posez-vous la question suivante : sur une année, le stage a-t-il occupé plus ou moins de temps que la formation ? Si c’est le stage qui a été le plus long, il compte comme une expérience professionnelle. Dans le cas contraire, ce n’est qu’un stage et doit figurer dans la partie des formations.