Trouvez le cv parfait

Devenir baby-sitter

Le travail des étudiants est particulièrement développé aux États-Unis pour leur permettre de financer des études, qui ne sont pas gratuites contrairement à la majeure partie du système scolaire français. Le terme de « sitter » désigne familièrement en langue anglaise une « nounou » ou plus généralement une personne qui s’occupe de quelque chose. Le concept de baby-sitter peut donc être traduit par « nounou pour bébé », qui est assez redondant, ou tout simplement la personne qui s’occupe du bébé. Cette personne est extérieure au foyer et le terme ne désigne ni les parents, ni les frères et sœurs. C’est donc une personne qui n’appartient pas au cercle familial restreint. La baby-sitter s’est progressivement imposée en France d’abord sous ce terme anglo-saxon, puis sous des appellations purement françaises, lorsque le métier s’est démocratisé. De nos jours, la baby-sitter est un métier essentiel à la progression de la société et au développement du bien-être général de la population.

Qu’est-ce qu’une baby-sitter ?

Une transformation progressive du métier de baby-sitter

Une baby-sitter est une professionnelle de la garde d’enfants. Majoritairement répandu dans la population féminine, ce métier consiste à s’occuper des enfants d’autrui et à accomplir certaines tâches que les parents n’ont pas le temps de réaliser, le plus souvent à cause de leurs occupations professionnelles ou lorsqu’ils souhaitent avoir un moment de loisir. La baby-sitter véhicule l’image populaire de l’adolescente qui vient gagner son argent de poche en gardant les enfants le soir, lorsque les parents sont partis dîner ou au cinéma. Or, cette profession ne se limite pas qu’à une simple garde d’enfants, mais revêt de multiples aspects qui placent désormais la baby-sitter au cœur de l’éducation et de la pédagogie de l’enfance. Le développement des diplômes qualifiants et de spécialisations particulières pour l’éveil et l’épanouissement de l’enfant traduisent toute l’importance de ce métier et l’évolution sociétale qu’il accompagne.

Le rôle d’une baby-sitter

La baby-sitter joue un rôle majeur dans l’éducation des enfants et dans l’amélioration de la qualité de vie des ménages. Elle ne s’occupe pas seulement de la garde des enfants, mais elle contribue pleinement à leur éducation et à leur épanouissement. À ce titre, elle doit être capable de mettre sur pied un véritable projet pédagogique, surtout si elle est amenée à être présente au quotidien dans le foyer familial. En outre, elle doit surtout s’occuper de divertir l’enfant, en proposant des activités qui contribueront à son éveil et à son développement intellectuel ou moteur.

Selon l’âge des enfants, la baby-sitter peut apporter son aide pour faire les devoirs. Elle effectue également des tâches que les parents n’ont pas le temps d’exécuter. Elle peut être donc amenée notamment à s’occuper de l’hygiène de l’enfant, à le changer ou le laver au besoin. L’entretien de l’environnement immédiat peut également lui être demandé, comme le nettoyage, le repassage et le rangement des vêtements de l’enfant ou encore la bonne tenue et la propreté de la chambre. Lorsqu’elle est employée en journée, elle sera en charge de la préparation des repas et de faire manger les enfants. Loin de n’être qu’une garde d’enfants à domicile, la baby-sitter contribue à l’équilibre de l’ensemble du foyer, en allégeant la tâche des parents, qui seront plus sereins dans leur quotidien professionnel. Ils pourront également avoir des loisirs extérieurs en toute quiétude et être plus disponibles affectivement pour leurs enfants.

Quels autres noms désignent le métier de baby-sitter ?

Le terme baby-sitter est utilisé assez communément, mais reste dans l’imaginaire collectif la jeune adolescente qui garde les enfants le samedi soir. Les autres appellations sont beaucoup plus révélatrices de la technicité de ce métier. La liste ci-dessous dresse un inventaire des terminologies les plus courantes.

  • Garde d’enfant
  • Garde d’enfant à domicile
  • Nounou
  • Nourrice
  • Aide à la petite enfance
  • Educatrice spécialisée pour enfants
  • Babysister

Les qualités requises pour occuper un poste de baby-sitter

  • Faire preuve de beaucoup de patience
  • Maîtriser ses émotions
  • Faire preuve de politesse avec les clients
  • Être particulièrement ponctuelle et rigoureuse sur les horaires
  • Arborer une tenue impeccable en toutes circonstances
  • Avoir une expérience ou une formation en garde d’enfant
  • Maîtriser les savoir-faire ménagers de base
  • Connaître les techniques pédagogiques et les techniques d’éveil
  • Avoir des notions de sécurité domestique
  • Faire preuve de rigueur et d’application en toutes circonstances
  • Connaître les gestes de premier secours (PSC1)
  • Si possible, détenir le permis voiture

Comment devenir baby-sitter ?

L’âge légal pour exercer en tant que baby-sitter est de 16 ans. Ce métier ne requiert légalement aucune qualification particulière, mais il est préférable d’avoir reçu une formation préalable. Il est à noter qu’il est obligatoire de détenir un diplôme officiel et spécialisé pour s’occuper d’enfants de moins de trois ans.

Le certificat d’aptitude professionnelle accompagnant éducatif petite enfance

Le CAP AEPE est un diplôme délivré par le ministère de l’Éducation nationale, qui autorise le titulaire à exercer une activité professionnelle avec les enfants. Les postulants doivent avoir entre 16 ans révolus minimum et 30 ans maximum, et détenir un niveau général de classe de troisième, BEPC ou non. Le CAP propose une formation générale et surtout une formation pédagogique aux métiers de la petite enfance. Elle se déroule en alternance sur 1169 heures, dont 609 heures théoriques. Les détenteurs de niveau baccalauréat ou équivalent sont dispensés des matières générales, soit 22 jours de cours.

Le brevet d’études professionnelles carrières sanitaires et sociales

Le BEP CSS est un diplôme délivré par le ministère de l’Éducation nationale. Il faut réunir les mêmes conditions pour le passer que pour le CAP AEPE. La seule différence notable reste les débouchés en fin de diplôme. Le BEP CSS autorise à s’occuper de tous types de personnes (personnes âgées, enfants, personnes à motricité réduite…), alors que le CAP spécialise le lauréat sur les enfants.

Le certificat de qualification professionnelle garde d’enfants

Le CQP permet de valoriser et de faire valider les compétences particulières à un métier par la branche professionnelle concernée. Le CQP garde d’enfants s’adresse aux jeunes, aux salariés et à toutes personnes qui recherchent un emploi. Il est délivré via une formation continue de 420 heures dans un organisme agréé ou sur validation des acquis d’expérience (VAE). Il ouvre droit à travailler comme garde d’enfants chez des particuliers, à domicile ou au sein d’un organisme de service garde à domicile.

Autres diplômes possibles

Les autres diplômes ne concernent pas directement le domaine de la garde d’enfants et ouvrent généralement des possibilités et des perspectives professionnelles plus larges. Ils donnent cependant l’assurance d’une formation concrète et sérieuse pour embaucher une baby-sitter.

Le diplôme d’État d’auxiliaire de puériculture

Ce diplôme est délivré par le ministère de la santé. Il est accessible à partir de 17 ans et comporte une formation de 41 semaines. Il autorise à travailler en appui des infirmières dans des structures dédiées à la pédiatrie, à la puériculture ou encore à l’éducation maternelle.

Le diplôme d’État d’éducateur de jeunes enfants

Ce diplôme est délivré par le ministère de la santé. Il s’adresse à des étudiants post baccalauréat et sanctionne une formation de 3 ans axée sur la petite enfance. Il ouvre à droit à travailler en crèche, en halte-garderie, en centre de loisirs et également en hôpital.

Le diplôme d’infirmière puéricultrice

Ce diplôme est une spécialisation du métier d’infirmière. Cette formation complémentaire dure 1 an en plus des trois années en école d’infirmière. Il autorise la détentrice à travailler dans toute structure professionnelle en lien avec la petite enfance.

Le brevet d’aptitude à la fonction d’animateur

Le BAFA est délivré par le ministère de la jeunesse et des sports. Il permet de travailler dans une structure d’encadrement d’enfants mineurs. Il peut être complété par une spécialisation, notamment dans le domaine de la petite enfance.

Quelles sont les perspectives professionnelles pour une baby-sitter ?

La population française est en augmentation constante chaque année et le taux de fécondité de la France est le plus élevé d’Europe. Le métier de baby-sitter est donc particulièrement recherché à l’heure actuelle.

Conditions de travail

Les conditions de travail dépendent en grande partie de l’employeur et de la structure d’emploi. Elles dépendent également du nombre et de l’âge des enfants à garder. Enfin, elles dépendent du niveau d’assistance à l’enfant qui est demandé. Une baby-sitter qui s’occupe d’enfant chez les particuliers et au quotidien sera sollicitée pour de nombreuses tâches. À l’inverse, une baby-sitter dans une structure d’encadrement commune n’aura pas un devoir de polyvalence égal.

Rémunération

En moyenne, une baby-sitter peut prétendre à un salaire de 1500 euros, avec un écart qui varie entre 1300 et 2000 euros en fonction de l’âge, de l’ancienneté et de la structure d’emploi.

La baby-sitter à domicile

C’est très certainement le plus haut niveau de rémunération, car les missions de garde d’enfants sont ponctuelles et le taux horaire est plus élevé. Il est possible d’être employée à plein temps par la même famille et de pouvoir ainsi prétendre à un salaire plus haut, autour de 2000 euros en fonction du diplôme détenu.

La baby-sitter dans une structure d’aide à la petite enfance

Ce type d’emploi est moins bien rémunéré, mais plus sûr en termes de stabilité d’emploi et de perspectives d’évolutions de carrière.

Baby sitter : conseils pour commencer à travailler

Lors de votre recherche d’emploi pour devenir baby sitter, suivez ces conseils qui pourront vous servir.

Un CV réussi

Soignez la rédaction de votre CV baby sitter. Ce dernier doit montrer que vous êtes une personne digne de confiance, mature et compétente. Il doit rassurer les parents qui vous confieront leurs enfants.

La présentation du CV baby sitter doit être bien conçue. Prenez le temps de bien vérifier qu’il n’y a aucune faute de grammaire ni de frappe, de choisir une police de caractère et des couleurs qui permettront une lisibilité aisée. Placez vos coordonnées de contact de façon visible et mettez enfin une photo avec une expression souriante et ouverte.

La mise en valeur de vos compétences, de vos formations et de votre parcours professionnel est également importante. Citez ce que vous savez faire : préparer des repas, assister et aider aux devoirs, une formation aux premiers secours, votre capacité à proposer des activités… Les formations en relation avec le baby sitting, telle qu’une formation en puériculture, sont plus intéressantes pour être embauché, mais cela n’est pas systématiquement requis dans le domaine. Enfin, citez vos activités extra-professionnelles et vos centres d'intérêt. Cela permettra peut-être d’intéresser des parents en recherche de profils artistiques, sportifs pour accompagner leurs enfants.

Comment préparer l’entretien ?

Retenez absolument ce conseil pour trouver un job de baby sitter : préparez l'entretien d’embauche. Attendez-vous à devoir répondre aux questions des parents. Ceux-ci aborderont des sujets tels que votre expérience et les activités que vous allez faire avec les enfants. Faites en sorte de préparer des réponses claires, assurées et rassurantes. Enfin, le jour J, prenez soin de votre apparence, soyez souriant(e) et soyez évidemment ponctuel.

Nous utilisons des cookies pour gérer notre site web, analyser votre utilisation de nos services, gérer vos préférences en ligne et personnaliser le contenu des annonces. En acceptant nos cookies, vous obtiendrez un contenu pertinent et des fonctionnalités de médias sociaux, des publicités personnalisées et une expérience de navigation améliorée.