Dans les entreprises de grandes distributions, ou dans les quais de déchargement, les manutentionnaires sont des collaborateurs indispensables. Un passionné de la logistique peut parfaitement assurer ces fonctions. Comment devenir manutentionnaire ? Focus sur les formations, le salaire, ainsi que les débouchés pour ce poste.

Le métier de manutentionnaire : ce qu’il faut retenir

Les agents manutentionnaires sont très recherchés par les entreprises. En 2019 seulement, plus de 90 000 offres d’emploi pour ce poste ont été enregistrées. En devenant un professionnel de la manutention, les opportunités s’offriront à l’intéressé.

Les fonctions et rôles du manutentionnaire

Un manutentionnaire est une personne qui travaille généralement dans un entrepôt, dans une société de grandes distributions, ou dans une usine. Ses responsabilités et missions sont nombreuses. Durant ses journées de travail, l’agent manutentionnaire se charge de réceptionner et de comptabiliser les marchandises entrantes.

Il devra, par la suite, contrôler la qualité de chaque produit livré par les fournisseurs. L’agent manutentionnaire devra signaler les marchandises défectueuses ou manquantes. Une fois, cette tâche réalisée, il se charge du triage ainsi que du rangement, en prenant soin de suivre et de respecter les indications. L’agent manutentionnaire doit, par exemple, vérifier les dates de péremption des produits alimentaires avant de les stocker. Dans ce même cadre, l’agent manutentionnaire effectue les inventaires, et enregistre les mouvements entrants et sortants dans un logiciel spécifique.

Cet agent professionnel prépare les produits au transport. Il s’occupe ainsi de leur emballage ainsi que de leur conditionnement incluant les activités d’étiquetage, de cerclage et de filmage. Pour les transporter d’un point à un autre dans l’entrepôt, il devra utiliser des engins spécifiques. Entretenir et nettoyer ces derniers font également partie des attributions du manutentionnaire. Il peut même dans certains cas être sollicité pour la livraison des marchandises.

Quelle formation suivre pour devenir manutentionnaire ?

En général, le métier de manutentionnaire ne requiert pas de diplôme ou d’expérience spécifique. Le fait de posséder un diplôme ou un certificat optimise les chances de se faire embaucher. Le certificat d’aptitude à la Conduite en Société ou CACES est parfois demandé par les entreprises de grandes distributions, car le manutentionnaire peut être sollicité pour conduire les divers véhicules de levage.

Le profil des candidats possédant un CAP maintenance de véhicules, ainsi qu’un CAP en logistique sont particulièrement appréciés par les recruteurs. Dans le cas où l’intéressé a déjà de l’expérience sans avoir suivi l’une des formations mentionnées plus haut, il lui est possible de faire valider ses acquis, pour pouvoir ensuite se former en tant qu’agent dans le domaine de la logistique.

Les avantages et les inconvénients du métier de manutentionnaire

L’accessibilité est l’un des premiers avantages du métier d’agent manutentionnaire, car il peut être occupé par un homme ou une femme. De plus, il est facile de maîtriser les rouages du métier. De plus en plus de personnes sont en quête de liberté et de flexibilité dans leur travail. Le poste de manutentionnaire leur offre cette opportunité, car le professionnel a la possibilité d’être autonome dans l’exercice de son métier.

Ce poste regroupe toutefois quelques inconvénients tels que la monotonie et le caractère répétitif des tâches ainsi que les horaires de travail peu commodes. Le volume horaire du manutentionnaire est assez important. De plus, ses services peuvent être sollicités en soirée. Le poste requiert un important effort physique au quotidien, ce qui n’est pas bon pour la santé. Tous les deux ans, le manutentionnaire réalise une visite médicale pour assurer l’aptitude au travail. Si celui-ci est amené à soulever régulièrement des charges importantes, la visite médicale se fera tous les ans.

Les qualités d’un manutentionnaire

Afin de pouvoir réaliser correctement ses tâches et ses missions, un manutentionnaire doit avoir quelques qualités techniques et personnelles. Il doit notamment avoir une bonne condition physique, car en une journée il se charge de soulever et de transporter plusieurs fois des objets lourds allant jusqu’à 25 kg. De plus, les conditions de travail sont souvent difficiles. Le manutentionnaire peut, par exemple, être amené à travailler dans le froid ou sous une forte chaleur, en fonction des missions à effectuer. Le changement brusque de température peut causer des maladies.

Outre cela, il doit impérativement maîtriser la manipulation des outils utilisés dans la manutention. Nous pouvons mentionner le pistolet laser, les pinces, la potence, voire le serveur à commande vocale. Savoir utiliser les engins motorisés et non motorisés au sein de l’entreprise est également une des compétences à avoir.

Il faut savoir que le métier de manutentionnaire requiert la maîtrise de certains gestes tels que les techniques d’emballage, de conditionnement des marchandises ainsi que de l’élingage. De plus, il doit avoir une connaissance parfaite des principes d’équilibrage des charges afin de préserver l’état des marchandises.

Le manutentionnaire doit être parfaitement apte à lire les symboles et les codes de la manutention et appliquer les consignes de sécurité pour éviter les accidents de travail. Avoir une connaissance en informatique et parler l’anglais constituent un plus, car les projets à réaliser peuvent être d’une envergure internationale. De plus, le fait d’avoir suivi une formation de secourisme est un atout considérable que les entreprises ne négligent pas lors du recrutement.

Outre le respect des règles de sécurité, le manutentionnaire doit savoir appliquer les règles d’hygiène imposées lorsqu’il s’occupe des marchandises sensibles.

À part la maîtrise des compétences techniques, le manutentionnaire doit posséder quelques soft skills. Le sens du relationnel et du contact sont indispensables pour ce métier. Ce professionnel doit, en effet, communiquer avec toutes les personnes impliquées dans le processus de manutention. Le respect de l’organisation et des règlements est d’autant plus souhaité dans ce domaine. N’oublions pas non plus l’adresse et la rigueur pour que chaque marchandise soit correctement rangée.

En bref, nous pouvons dire que la polyvalence est une compétence clé dans le métier de manutentionnaire, et peut optimiser les chances du candidat dans le processus d’embauche.

Le salaire d’un manutentionnaire

Deux principaux critères sont à prendre en compte lors de la détermination du salaire d’un manutentionnaire : la politique de l’entreprise et l’expérience de l’intéressé. Un manutentionnaire débutant gagne en moyenne 1 500 € brut par mois. Au fil des années, ce montant peut aller jusqu’à 1 750 € par mois. Seuls les manutentionnaires confirmés gagnent près de 2 000 € par mois.

Il faut savoir que les entreprises doivent prendre en compte l’expérience du manutentionnaire ainsi que les barèmes fixés par le gouvernement. Elles peuvent, cependant, offrir des primes ou des indemnités à ses employés.

Les débouchés du métier de manutentionnaire

Un manutentionnaire peut évoluer dans sa carrière. Après quelques années d’expérience, il peut obtenir le poste de chef de rayon, ou de chef d’équipe. Il a également la possibilité de se tourner vers les entreprises de transports et de logistique pour occuper le poste de responsable de stocks, des commandes ainsi que des expéditions.

À noter : pour mettre toutes les chances de son côté dans l’évolution de sa carrière, nous proposons au manutentionnaire de suivre des formations et d’obtenir un diplôme. Parmi près de 3 000 manutentionnaires en cours d’exercice, une centaine d’entre eux ont choisi de continuer à se former afin d’obtenir un diplôme d’ingénieur. Une quarantaine d’agents manutentionnaires se sont orientés vers une formation en Bac +5 en management, et une vingtaine ont décidé de suivre un BTS en électromécanique.

Les entreprises n’hésiteront pas ainsi à leur confier plus de responsabilités, car ils sont plus qualifiés. Choisir le secteur d’activité dans lequel travailler contribue également à optimiser les chances d’évoluer dans sa carrière. Pour un manutentionnaire débutant, travailler dans la grande distribution est bénéfique. Il pourra ainsi élargir ses horizons après avoir acquis de l’expérience.

Petit plus : comment rédiger un CV manutentionnaire ?

Un CV bien rédigé permet à un candidat de faire bonne impression auprès des recruteurs. Le CV manutentionnaire doit ainsi être constitué des sections essentielles : les expériences professionnelles, les compétences, les formations, ainsi que le résumé du profil.

Le premier objectif lors de l’élaboration d’un CV est d’inciter le responsable de recrutement à lire son intégralité. Il faut donc être à la fois pertinent et bref. Pour ce faire, nous conseillons d’utiliser des verbes d’action, de privilégier les listes à puces, et de mentionner uniquement les points essentiels. Dans la rubrique des expériences professionnelles, par exemple, seules les principales missions doivent être mentionnées. Le candidat au poste de manutentionnaire aura l’opportunité d’expliquer en détail son expérience lors d’une entrevue.

Outre le contenu, il est également essentiel de prendre soin du design du CV manutentionnaire. Dans ce cadre, il faut privilégier un style simple, épuré, et professionnel. L’utilisation de couleurs neutres telles que le gris, le bleu, ou le marron est également appréciée. Réaliser une mise en page est également de mise. Le manutentionnaire est invité à diviser le contenu de son curriculum en deux colonnes afin de séparer correctement les différentes sections.

Ces éléments que nous avons recueillis aideront les futurs manutentionnaires à évaluer la faisabilité de leur projet, et à commencer leur démarche pour pouvoir ainsi s’épanouir professionnellement.