La France a décidé à la fin des années 1960 de développer pour sa population une politique énergétique majoritairement centrée sur la production et l’utilisation de l’électricité. Les métiers en lien avec l’électricité se sont donc développés à tous les niveaux et la formation des électriciens est devenue très pointue et particulièrement reconnue. De nos jours, l’essor de nouvelles technologies, comme l’informatique et la domotique, place l’électricité au cœur des préoccupations de la société française. Il est donc parfaitement logique que le métier d’électricien prenne progressivement plus d’ampleur, se diversifie et se spécialise dans des domaines de plus en plus à la pointe des avancées technologiques modernes.

Qu’est-ce qu’un électricien ?

L’électricien une profession phare du BTP

Un électricien est un technicien spécialisé dans les technologies inhérentes à l’électricité. Il évolue à plusieurs échelles et est capable d’intervenir sur un spectre professionnel qui varie entre le simple dépannage chez un particulier, au câblage très haute tension en sortie d’une centrale nucléaire. L’électricien est donc un spécialiste incontournable pour le BTP, puisqu’il maîtrise l’acheminement de l’électricité de bout en bout, de sa production à sa consommation. Il est à noter que l’électricité constitue une forme d’énergie qu’il n’est pas possible de stocker à grande échelle. Sa gestion nécessite donc une disponibilité de tous les instants. C’est également une énergie très volatile, parfois instable et particulièrement dangereuse si elle n’est pas maîtrisée correctement. L’électricien est donc un expert technique de très haut niveau qui exploite des capacités et un savoir-faire uniques et indispensables.

Le rôle d’un électricien

L’électricien joue un rôle majeur dans la production, la gestion, l’acheminement et la consommation de l’énergie électrique. Il est le garant de la sécurité et du respect des normes dans les quatre domaines précités. Il connaît à ce titre parfaitement les dernières évolutions technologiques et les mises à jour des règlements émis par le gouvernement. En outre, il est particulièrement versé dans les principales lois de la physique et plus spécifiquement dans la physique des particules et dans les propriétés de l’électricité. L’électricien est capable d’intervenir sur l’ensemble de la chaîne d’utilisation de l’électricité. Ses compétences lui permettent d’installer et de maintenir en condition les câbles et installations hautes et très hautes tensions qui servent à acheminer l’électricité depuis les unités de production jusqu’à des répartiteurs plus petits, puis jusqu’aux bâtiments. Ensuite, il est à même d’effectuer le câblage entier d’un bâtiment, afin de distribuer l’électricité en interne. Il aura également le savoir-faire pour installer le réseau électrique d’une habitation et l’adapter aux besoins des propriétaires. Outre leurs compétences en installations électriques, les électriciens ont également à charge le maintien en condition et la réparation des réseaux qu’ils déploient. Ils peuvent aussi s’occuper des câblages basse tension comme les réseaux téléphoniques ou internet, par cuivre ou fibre optique.

Quelles sont les autres appellations possibles ?

Le terme électricien regroupe plusieurs familles de métiers liés à l’électricité. La liste ci-dessous dresse un inventaire des terminologies les plus courantes.

  • Électricien installeur
  • Électricien d’équipement
  • Électrotechnicien
  • Installeur en équipements électriques
  • Monteur électricien
  • Électricien en bâtiment
  • Artisan électricien

Les qualités requises pour occuper un poste d’électricien

  • Maîtriser parfaitement les diverses notions de physique liées au métier
  • Connaître la chaîne de production et d’acheminement de l’électricité
  • Respecter les règles de sécurité et les normes d’installations françaises et européennes
  • Appliquer les règles de santé et de sécurité au travail (SST)
  • Savoir établir un plan de câblage à plusieurs échelles
  • Connaître les normes de protection environnementales
  • Être particulièrement disponible et réactif
  • Savoir travailler en équipe et notamment avec d’autres corps de métier du BTP
  • Posséder des connaissances de base sur les spécificités des autres métiers du BTP
  • Faire preuve de rigueur et d’application en toutes circonstances
  • Si possible, détenir le permis voiture pour conduire les camionnettes d’équipement
  • Si possible, connaître les gestes de premier secours (PSC1)

Comment devenir électricien ?

Par un parcours scolaire classique

Le métier d’électricien comporte plusieurs niveaux de qualifications selon le niveau d’études, du certificat d’aptitude professionnel au diplôme d’ingénieur.

Le certificat d’aptitude professionnelle (CAP)

Le CAP est un diplôme de l’éducation nationale qui se prépare sur deux années directement après la classe de troisième. Dans le cas d’une spécialisation électricien, la formation dispensée propose deux volets. Un volet académique avec des matières classiques, telles que le français ou l’histoire-géographie et un volet technique spécifique, qui comprend la réalisation, la mise en service et la maintenance d’une installation électrique. Le CAP électricien peut se faire en alternance, mais cette clause n’est pas obligatoire. Il débouche sur un emploi en tant qu’électricien ou sur la poursuite des études dans le domaine, en brevet professionnel ou en baccalauréat professionnel.

Le brevet professionnel d’électricien (BP)

Le BP électricien est un diplôme d’État sur deux ans qui se prépare majoritairement en apprentissage. Dans la droite ligne du CAP, il précise et approfondit les connaissances déjà acquises, et spécialise l’étudiant dans le domaine de l’électrotechnique, qui propose un volet industriel en plus de la formation initiale d’électricien. Le BP peut déboucher sur un emploi d’électricien ou sur la poursuite des études et l’obtention d’un brevet de technicien supérieur.

Le baccalauréat professionnel (BACPRO)

Le BACPRO est un diplôme scolaire, qui concerne, comme son nom l’indique, les formations professionnelles spécialisées, par opposition aux formations générales. Le BACPRO électricien s’intitule officiellement « métiers de l'électricité et de ses environnements connectés (MELEC) ». Il propose une formation sur trois années à la suite de la classe de troisième. Les élèves doivent tout d’abord entrer en classe de seconde « métiers des transitions numérique et énergétique » avant de s’orienter sur le BACPRO MELEC à partir de la classe de première. Ce diplôme est également accessible sur deux années de formations et sous certaines conditions aux détenteurs d’un CAP électricien.

Le brevet de technicien supérieur (BTS)

Le BTS électricien peut être décliné en différentes spécialisations, dont la maintenance des systèmes, l’électrotechnique ou encore la domotique. D’une durée de deux ans, il propose une formation très qualifiante en alternance à l’issue d’un BACPRO ou d’un BP. Un étudiant lauréat BACPRO mention bien ou très bien sera admis directement. Pour les autres mentions ou pour les détenteurs d’un BP, la sélection d’entrée en BTS se fera sur dossier. Le BTS ouvre directement sur le monde du travail après la scolarité.

Le diplôme d’ingénieur électricien

Ce diplôme ne porte pas à proprement parler la mention « électricien ». En effet, plus le niveau d’un diplôme est élevé, plus il sera spécialisé. Les ingénieurs en électricité ne sont donc pas des généralistes et sont qualifiés dans un domaine en particulier, le plus souvent en électronique, en mécanique ou en informatique. De nombreuses écoles d’ingénieur proposent des scolarités en trois ou cinq années : en trois ans pour les étudiants issus des concours des classes préparatoires et en cinq ans pour les étudiants qui souhaitent suivre un cursus « prépa intégrée ».

En candidat libre

Il est possible pour tout un chacun de postuler pour l’un des cursus listés ci-dessus à tout moment de la carrière. En revanche, les candidats ne bénéficieront pas des formations dispensées par l’éducation nationale et devront donc apprendre par eux-mêmes ou s’inscrire à des formations payantes. Certains diplômes requièrent une expérience professionnelle dans le domaine de l’électricité. Il faut donc se renseigner sur les sites dédiés avant de postuler.

Quelles sont les perspectives professionnelles pour un électricien ?

Le métier d’électricien est particulièrement recherché en France. Tous les niveaux de formations dans le domaine de la maîtrise électrique permettent de trouver facilement et rapidement du travail.

Conditions de travail

Les conditions de travail sont fonction du type d’emploi choisi : salarié ou à son compte. Un électricien salarié sera soumis aux clauses de son contrat et pourra plus facilement négocier un emploi du temps souple et sans contraintes. Un artisan électricien autoentrepreneur est son propre patron et définit lui-même son rythme de travail, en fonction de son planning professionnel et du niveau de revenu qu’il souhaite.

Rémunération

Un électricien salarié peut prétendre en moyenne à une rémunération qui varie entre 1500 et 2500 euros par mois en fonction de son ancienneté, de son niveau de qualification et de la qualité de son travail. Un électricien à son compte ou patron de sa propre entreprise dégagera un salaire mensuel fluctuant, jusqu’à 5000 euros par mois pour certains entrepreneurs.

L’électricien salarié

A l’issue de la formation scolaire et technique, un électricien peut postuler pour un emploi de salarié dans une entreprise. Selon la taille et la structure de la société, il peut facilement évoluer et gagner en responsabilités jusqu’à devenir chef d’équipe en installation électrique. Les entreprises en question peuvent être spécialistes en réseaux électriques, mais également appartenir au domaine du bâtiment et comporter une équipe d’électriciens particulière. L’électricien salarié est libre de négocier ses contrats, ses avantages et son salaire. Il peut également demander des formations internes s’il souhaite monter en compétences en accédant par exemple à un diplôme de niveau supérieur.

Dans le secteur privé

L’électricien à son compte est considéré comme un autoentrepreneur. Il peut être patron de sa propre entreprise et diriger une équipe de salariés, mais également travailler seul en tant qu’artisan. Son salaire et son rythme de vie ne dépendent donc que de lui-même et des chantiers qu’il honore.

Nos conseils pour commencer à travailler en tant qu'électricien

Il vous faudra soigner quelques étapes importantes afin de vous mettre sur de bons rails pour débuter en tant qu'électricien. Quelques conseils pour vous.

Lors de la conception de votre CV électricien, vous veillerez à mettre en lumière vos compétences techniques en matière d’électricité. Décrivez les tâches, connaissances (lecture de plans, schémas électrique, mesures, etc.) et techniques que vous pouvez accomplir de manière précise. Combinez celles-ci avec les expériences éventuelles que vous avez dans un ordre antéchronologique, du plus récent au plus ancien. Pareillement, sous la rubrique “Formations et diplômes”, listez vos formations dans un ordre antéchronologique. Si vous possédez des certifications et des habilitations, citez-les à la suite de la précédente rubrique. De plus, cela peut paraître accessoire, mais parler des langues étrangères constitue un avantage car sur certains chantiers vous pouvez être amené à collaborer avec des travailleurs étrangers. Par ailleurs, mentionnez vos disponibilités aux déplacements.

Afin d'emprunter un chemin qui vous plait dans votre carrière d’électricien, définissez votre projet professionnel en vous posant quelques questions : voulez-vous être salarié ou travailler en tant qu'indépendant directement ? Souhaitez-vous passer du salariat à l'entreprise ? Pensez-vous vous spécialiser par la suite? Si vous dans quelle spécialité ? Ces quelques questions définiront les prochaines étapes de votre parcours en vous aidant par exemple à établir votre business plan, à choisir votre statut juridique d'électricien ou à choisir quelles entreprises cibler pour envoyer votre candidature d’électricien.

Enfin, fournissez-vous en outils d’électricien : ensemble de tournevis, pince ronde, pince à sertir, fer à souder, instruments de mesure (testeur de tension, multimètre, etc.), traceur de câble… Ceci est essentiel, surtout si vous vous lancez en indépendant.