Un architecte dessine les plans de bâtiments, que ce soit des maisons individuelles, des logements collectifs ou des bâtiments publics, et en supervise la construction. Ce bâtisseur doit être à la fois créatif, à l'écoute des souhaits de ses clients, et respecter les nombreuses nomes légales liées à la construction. Cette profession réglementée est très riche, au carrefour de l’art et du droit, ancrée dans le concret.

Voici un tour d'horizon du métier d’architecte, comprenant les fonctions exercées, les qualités requises, les conditions d’accès à la profession et les débouchés.

Qu’est-ce qu’un architecte ?

Le rôle de l’architecte: ses missions

Un architecte peut travailler à son compte en tant qu’indépendant, ou choisir d’exercer dans une agence, en tant que salarié ou associé. Il peut aussi travailler dans la fonction publique, notamment pour des syndicats de propriété.

Les missions de l’architecte

Au quotidien, l’architecte réalise les tâches suivantes:

  • Étude de la faisabilité d’un projet de construction ou de rénovation ;
  • Préparation de devis ;
  • Réalisation des plans ;
  • Étude des normes légales;
  • Proposition d’entreprises de maçonnerie, peinture, électricité et plomberie compétentes ;
  • Préparation de la demande de permis de construire ;
  • Supervision du chantier ;
  • Coordination des différents professionnels intervenant sur le chantier ;
  • Remise des clés aux propriétaires.

Son environnement de travail

L’architecte divise son temps de travail entre son bureau où il dessine les plans, prépare des dossiers administratifs et consulte les nouveautés légales et normatives relatives à l’urbanisme, et la visite des chantiers où il s’assure du bon déroulement des opérations et veille à ce que les normes de sécurité soient respectées par les ouvriers.

Les qualités requises pour devenir architecte

L’architecte doit avoir une appétence pour le dessin dessin artistique et technique, tant à la main qu’à l’aide d’outils informatiques. Désormais, les plans sont réalisés sur des logiciels de conception de dessins assistés par ordinateur, mais cela n’empêche pas le fait que l’architecte doit être capable de réaliser ses plans à la main, sur des calques.

Il a une sensibilité artistique et il doit se construire une solide culture en histoire de l’architecture.

Il doit aussi être rigoureux et précis quant à la lecture, la compréhension et l’application du droit de l’urbanisme. L’architecte doit respecter et faire respecter les normes légales et réglementaires en vigueur.

L’architecte est aussi un chef de projet, il est donc important qu’il puisse avoir une vision globale d’un chantier et qu’il sache coordonner les différents professionnels qui interviennent.

Dans l’exercice de ses fonctions, il prend des décisions importantes, parfois dans l’urgence, et doit donc être calme et réfléchi. Sa résistance au stress est aussi capitale, puisqu’il doit souvent gérer des retards et des problèmes sur le chantier.

Les avantages et inconvénients du métier d’architecte

Les avantages du métier d’architecte

Ce métier peut s’exercer en autonomie, en tant qu’architecte libéral, avec une Habilitation à la Maîtrise d’Oeuvre en son Nom Propre (HMONP), qui s’acquière en un an après une formation de type Bac+5. Pour les personnes souhaitant rester salariées, il est possible d’exercer en tant qu’architecte salarié avec la formation de type Bac+5. Il peut donc choisir son mode d’exercice, selon le niveau de responsabilités et d’indépendance qu’il souhaite.

La profession est extrêmement valorisante puisqu’elle permet d’élaborer et de suivre un projet de l’idée de sa conception à sa réalisation concrète. Un architecte voit ses plans se matérialiser tout en participant à chaque étape de la construction.

Son activité au quotidien est très polyvalente, il rencontre de nombreux professionels et a la satisfaction d’accompagner ses clients dans un projet souvent déterminant dans leur existence.

Les inconvénients du métier d’architecte

Le principal inconvénient est la responsabilité, notamment s’il exerce à son compte. L’architecte peut être tenu pour responsable de tout problème lié à la conception des plans et parfois même des accidents de chantier. Il peut aussi être sanctionné par son Ordre, voire être radié, en cas de manquement grave à ses obligations.

Aussi, l’architecte est souvent pressé par ses clients et se trouve parfois tributaire des professionnels qui réalisent le chantier, ce qui peut être frustrant.

Comment devenir architecte ?

Les études d’architecture sont longues, exigeantes et sélectives, notamment pour être habilité à exercer à son compte, et d’autant plus pour se spécialiser dans certains domaines.

Études et formations requises pour devenir architecte

Les écoles

En France, vingt Écoles Nationales Supérieures d’Architecture (ENSA), ainsi que l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) à Strasbourg et l’École Spéciale d’Architecture (ESA) à Paris dispensent les formations nécessaires pour devenir architecte.

Les études

Voici le cycle d’études post bac pour devenir architecte :

  • Le DEEA, qui est un cycle de trois ans, est consacré à l’acquisition des techniques et savoirs fondamentaux en mathématiques, notamment en géométrie, en sciences et techniques, en droit de l’urbanisme, en gestion de projet ainsi qu’en informatique. Ce diplôme, équivalent d’une licence, ne confère pas le statut d’architecte, mais un étudiant qui arrête ses études à ce niveau pourra exercer dans une agence, en tant que salarié, en soutien des architectes diplômés ;
  • Le DEA, qui est un cycle supplémentaire de deux ans, impose à l’étudiant de réaliser un stage dans une agence ou chez un architecte diplômé et de produire un projet de recherche personnelle avant de le soutenir devant des jurés. Le DEA est un diplôme de niveau master, donc Bac +5. Les titulaires de ce diplôme d’État d’architecte peuvent exercer en tant que salariés dans une agence, soit dans l’équipe projet en charge de la conception, de premières esquisses et des formalités administratives, soit dans l’équipe chantier qui réalise des plans et supervise la construction.

A ce stade, le diplômé ne peut pas exercer en tant qu’indépendant.

L’habilitation

Pour exercer en libéral ou se spécialiser, l’architecte devra obtenir une homologation en plus de son DEA. L’Habilitation à la Maîtrise d’Oeuvre en son Nom Propre (HMONP) permet à l’architecte d’exercer en libéral et de s’inscrire à l’Ordre des Architectes. Elle s’obtient en un an et confère un niveau Bac +6.

Les diplômes supplémentaires

Pour se spécialiser, l’architecte pourra obtenir des diplômes supplémentaires, de niveau Bac +8 :

  • Le Diplôme propre aux Écoles d’Architecture (DPEA) permet aux étudiants de se spécialiser dans des domaines bien particuliers comme la scénographie ou encore l’architecture navale ;
  • Le Diplôme de Spécialisation et d’Approfondissement en Architecture (DSA) permet à l’architecte de se spécialiser en maîtrise d’ouvrage, en risques majeurs, en patrimoine ou en projet urbain, pour se voir confier des projets d’envergure.

Les débouchés

Un secteur qui recrute

En France, il y a environ 30 000 architectes inscrits au tableau de l’Ordre des architectes. La part des travaux déclarés par des architectes exerçant en société ne cesse d'augmenter d’année en année au détriment de celle des architectes exerçant en libéral, actuellement 70 % contre 30 %. De plus en plus de cabinets regroupant plusieurs professionnels du secteur de la construction se forment, pour centraliser les différents aspects d’un projet. Les femmes représentent aujourd’hui environ 30 % des architectes en France.

Les architectes diplômés trouvent généralement rapidement un emploi s’ils souhaitent devenir salariés. 40 % d’entre décrochent même un emploi avant même d’avoir fini leur cursus, notamment grâce aux stages et à l’alternance. Les architectes résistent assez bien à la crise économique.

Le salaire

La rémunération des architectes en profession libérale varie énormément d’une personne à l’autre, puisqu’elle dépend de l’envergure des projets, de la ville d’exercice et des honoraires pratiqués. En moyenne, le revenu mensuel moyen d’un architecte libéral se situe aux alentours de 5 000 euros bruts.

En tant que salarié, vous pourrez prétendre à un salaire d’environ 2 000 euros bruts par mois en début de carrière. En fonction de votre poste, de vos responsabilités et des projets que vous aurez menés à bien, vous pourrez prétendre à un salaire de 6 000 bruts en fin de carrière ou plus si vous devenez responsable d’agence.

Les évolutions de carrière

En terme de perspectives d’évolutions, un architecte peut devenir responsable d’agence ou choisir de se spécialiser, par exemple dans la conservation des monuments historiques ou devenir expert auprès des tribunaux.

Les horaires de travail

Si l’architecte peut être soumis à des horaires de travail classiques en tant que salarié, plus il gagne en responsabilités, plus il voit ses horaires étendus et plus il doit être disponible à tout moment, surtout s’il exerce à son compte.

Trouver un emploi d’architecte : nos conseils

Trouver un emploi en tant qu’architecte n’est pas chose aisée. En effet, la concurrence est sévère dans ce domaine et la démarche de recherche requiert de la persévérance, de la détermination et essentiellement une bonne stratégie, de manière à valoriser vos compétences et vous démarquer sur le marché du travail. Nous allons résumer en quelques lignes les étapes importante à suivre pour réussir votre candidature et devenir architecte :

  • Définir des objectifs précis vis-à-vis de votre recherche d’emploi : cette étape comprend notamment la définition du poste que vous souhaitez occuper, le salaire auquel vous prétendez, les projets sur lesquels vous souhaiteriez travailler…
  • Faire un CV original mais crédible : un CV architecte est un résumé de vos parcours scolaire et professionnel. Il doit comporter votre expérience, vos compétences, notamment des compétences humaines (Soft Skills) : minutie, rigueur, capacités de travailler en équipe, organisation, créativité (que vous pouvez démontrer à travers un design hors norme)… et des compétences techniques (Hard skills) : connaissances des normes et lois, connaissances des matériaux, gestion de projet…
  • Construire un portfolio riche et convaincant : travailler son contenu et mettre en avant le travail effectué pendant votre cursus scolaire et vos stages.

Quelques conseils supplémentaires

  • Pour votre candidature, n’hésitez pas à explorer plusieurs pistes comme : les agences de recrutements, la prise de contacts (anciens étudiants, anciens collègues…), les candidatures spontanées auprès de cabinets d’architectes que vous admirez…
  • Lors de l’entretien, pensez à vous entraîner et à vous préparer en effectuant des simulations qui vous permettront de travailler votre posture, votre aisance oratoire, de maitriser votre CV et votre sujet et de pouvoir les partager de manière précise et concise ;
  • Restez constant dans vos recherches, relancez les recruteurs qui n’ont pas répondu négativement et ne vous découragez pas après des refus.