Toutes les personnes en recherche d’emploi doivent réaliser un CV qu’elles transmettent aux recruteurs pour chaque candidature à un poste qui leur correspond. Ce document est crucial, il est essentiel de réaliser un CV qui soit au niveau du poste convoité, pour augmenter ses chances d’être invité à passer un entretien d’embauche. Le CV doit évidemment refléter le parcours académique et les expériences professionnelles du candidat, mais aussi dévoiler des informations sur sa personnalité, comme ses compétences personnelles et surtout ses centres d’intérêt.

Un centre d’intérêt, qu’est-ce que c’est ?

Les centres d’intérêt affichés sur le CV d’une personne sont avant tout ses loisirs, ses hobbies et ses passions. D’une manière générale, il s’agit de toutes les activités auxquelles elle se dédie en dehors du travail, par plaisir ou conviction. Souvent, les centres d’intérêt font référence à une pratique sportive, à une activité manuelle et créative ou au maniement d’un instrument de musique. Les centres d’intérêt affichés sur le CV sont ceux qui sont pratiqués régulièrement : si vous suivez des cours de natation plusieurs fois par semaine, c’est un élément à citer. Cependant, le fait de vous rendre quelques fois par an à la pêche n’a pas de raison de figurer dans votre CV.

Il est inutile, voire dangereux, de mentir sur ses centres d’intérêt et de lister des activités que vous ne connaissez pas bien. Lors de l’entretien d’embauche, il est fort probable que le recruteur vous pose des questions sur vos loisirs. S’il s’aperçoit que vous ignorez les notions basiques de ces activités, vous perdrez en crédibilité et pourrez certainement faire une croix sur cet emploi, car le conseiller en ressources humaines qui vous interroge n’aura pas confiance en vous.

À quoi servent les centres d’intérêt dans le CV d’un jeune diplômé ?

C’est surtout pour les jeunes diplômés et les personnes avec une faible expérience professionnelle que les centres d’intérêt sont les plus importants. En effet, à défaut de pouvoir justifier de compétences techniques et d’une connaissance du monde de l’entreprise, les jeunes peuvent se mettre en valeur à l’aide de leurs centres d’intérêt, à condition qu’ils aient un rapport avec le poste convoité. Un recruteur sera beaucoup plus enclin à privilégier un candidat motivé et dynamique, qui s’investit personnellement dans les activités qui le passionnent, qu’un autre candidat qui manque de curiosité, d’ambition et d’esprit d’initiative.

Chez les jeunes diplômés, les recruteurs apprécient particulièrement lorsque les candidats exercent un rôle à responsabilité au sein d’une association. Cela montre leur motivation dans des domaines qui les intéresse et leur capacité à organiser leur emploi du temps entre les études et les loisirs.

À quoi servent les centres d’intérêt dans le CV d’un professionnel expérimenté ?

Les candidats à une offre d’emploi qui disposent déjà d’une solide expérience professionnelle n’ont pas nécessairement besoin d’écrire leurs centres d’intérêt dans leur CV. Le fait de décrire leurs emplois occupés précédemment et les aptitudes qu’ils ont pu développer à ces occasions prend suffisamment de place sur ce document, qui doit rester succinct et aller à l’essentiel. Pour ces profils, les recruteurs recherchent avant tout de solides compétences professionnelles, techniques ou managériales. Il ne leur est pas interdit de citer leurs loisirs et hobbies favoris, mais nous leur conseillons de n’évoquer que ceux qui renforcent leur candidature et apportent un réel intérêt par rapport à leur profession.

Quels sont les centres d’intérêt les plus appréciés par les recruteurs ?

Il faut bien choisir les centres d’intérêt à présenter sur son CV et ne pas nécessairement tous les évoquer. Il est notamment préférable de taire la pratique de passions controversées comme la chasse ou les jeux d’argent et les activités politiques ou religieuses. Au contraire, certains hobbies apportent une réelle plus-value à votre CV en vous démarquant des autres candidats et en reflétant votre personnalité :

  • La pratique d’un instrument de musique : C’est une activité qui demande une période d’apprentissage conséquente, de la détermination et de la rigueur. Il s’agit de compétences recherchées chez les candidats. Si vous jouez en groupe, précisez-le !
  • La participation à des activités associatives et solidaires : Le bénévolat est toujours un point fort à citer dans un CV. Il montre que le candidat a des valeurs de partage et d’entraide qui peuvent être appréciées lors du travail en équipe.
  • Le sport : Les sports individuels habituent le candidat à se dépasser physiquement et à toujours dépasser ses objectifs. Les sports collectifs lui donnent un esprit d’équipe et développent les interactions sociales.
  • Le théâtre : C’est un loisir qui apporte une grande confiance en soi et donne la force de pouvoir s’exprimer devant un public et entraine la mémoire.
  • Les activités créatives : la photographie, la peinture et le bricolage développent la créativité et la débrouille, ce sont des points forts déterminants dans de nombreuses professions.

FAQ

Pourquoi mettre une rubrique centres d’intérêt dans son CV ?

La rubrique « centres d’intérêt » dans un CV est un excellent moyen de créer une connexion avec le recruteur, lorsqu’il partage une passion commune avec le candidat. Les centres d’intérêt sont souvent évoqués lors de l’entretien pour créer une discussion informelle et pour détendre la situation.

Doit-on éviter de citer certains centres d’intérêt dans son CV ?

Tous les centres d’intérêt ne sont pas bons à indiquer sur son CV ! Nous vous recommandons d’éviter de citer vos activités politiques ou religieuses et de ne pas préciser vos gouts musicaux ni des hobbies controversés comme la chasse et les jeux d’argent.

Combien de centres d’intérêt doit-on indiquer dans son CV ?

Il n’est pas nécessaire de lister l’ensemble de vos passions dans votre CV. Privilégiez en priorité celles où vous êtes particulièrement performant. La liste des centres d’intérêt doit comprendre entre deux et cinq éléments, pas plus.